Madame Anne Hidalgo répond à notre courrier du 14 février 2012

Nous avons reçu ce jour (lundi 26 mars 2012) une réponse de Madame Anne Hidalgo, Première Adjointe de Paris en charge de l'Urbanisme, Conseillère du 15ème arrondissement et Conseillère Régionale d'IDF. Elle répondait au courrier que nous lui avons adressé le 14 février 2012 (Cliquer pour consulter ce courrier)

Cliquer ici pour consulter le document numérisé (format PDF, 480 Ko)

Monsieur le Président,

Dans votre courrier du 17 février 2012, vous m'avez fait part de vos réflexions au sujet du projet de restructuration du Laboratoire Central des Ponts et Chaussées situé au 58, boulevard Lefebvre, dans le 15ème arrondissement. En effet, suite à une décision de l'Etat, le Laboratoire Central des Ponts et Chaussées (LCPC) doit quilter Paris pour de nouveaux locaux dans la métropole parisienne. La loi ENL (engagement national pour le logement) de 2006 impose quant à elle que toutes les propriétés foncières et immobilières de l'Etat désaffectées ou qui n'ont plus d'usage soient mobilisées pour construire des logements sociaux qui manquent cruellement à Paris.

Comme vous le savez, la ville de Paris poursuit une politique active en matière de logement. L'une de ses priorités est bien de répondre aux objectifs de la loi SRU dès 2014 avec 20 % de logements sociaux dans la capitale.

Le projet dont il est question ici, très audacieux, a fait l'objet d'une attention particulière. Retravaillé par les architectes, il poursuit des exigences de qualité en proposant la production d'une nouvelle offre locative de qualité durable qui respecte les exigences du Plan Climat de la Ville de Paris.

L'amélioration de la qualité de vie des Parisiens est au coeur de nos préoccupations. Il me semble important de vous rappeler que trois Parisiens sur quatre sont éligibles au logement social.

Par ailleurs, ce parc sera mobilisé pour répondre en priorité aux demandes d'échange de logement des habitants de notre arrondissement et des résidents du quartier qui verront ainsi leur cadre de vie amélioré.

Concrètement, il est nécessaire de construire des logements pour accueillir des professeurs, des infirmières, des assistantes maternelles, des conducteurs de bus, et toutes celles et ceux qui œuvrent au quotidien pour les Parisiens.

Cela fait partie de nos engagements et nous avons à cœur de les porter.

La volonté qui nous anime est de donner une véritable impulsion au quartier tout en veillant à ne pas opposer les générations entre elles, les habitants, et au contraire de favoriser la mixité fonctionnelle et sociale.

C'est bien à travers cette exigence de vision globale que ce nouveau lieu de vie a été pensé. Implanté dans un environnement aux nombreux atouts, le long de la ligne du tramway, ce programme répondra à vos attentes légitimes de vivre ensemble intégrant 40 places de crèche, 34 places de parking résidentielles supplémentaires, des logements sociaux agréables tous dotés de places de parking en sous-sol. et des équipements.

Pour compléter ce beau projet de transformation, 48 logements réservés à l'accession à la propriété, 850 m² de commerces de proximité nécessaires et des locaux d'activité créateurs d'emplois seront développés. Je veillerai à ce qu'ils répondent aux besoins des habitants du quartier.

Il apportera, j'en suis certaine, une dynamique nouvelle à votre quartier générant de nombreux emplois notamment à travers l'entreprise Free qui emploiera à elle seule 80 personnes, sans oublier les commerces et la crèche associative.

Tels sont les éléments que je souhaitais porter à votre connaissance. Je vous prie de croire, Monsieur le Président, en l'assurance de mes salutations les meilleures.

Anne Hidalgo

Dans sa réponse, Madame Hidalgo n’a malheureusement pas tenu compte du contexte de ce quartier que nous avions pourtant décrit dans notre courrier initial. Avec 90% de HLM aujourd’hui, il ne nous parait pas être le meilleur endroit pour développer ce projet incluant un tel nombre de nouveaux logements sociaux, aussi bien conçus soient-ils.

Les 20% de la loi SRU s’appliquent au niveau d’une ville, les logements sociaux doivent être répartis harmonieusement dans cette ville, pour en assurer la mixité sociale, et non regroupés dans quelques points oubliés, bétonnés, au bord des voies de chemin de fer et du périphérique.

Nous espérons l’organisation prochaine d’un véritable dialogue public autour de ce projet de restructuration, incluant les riverains, les associations de quartier, les architectes, nos élus et Paris Habitat, le bailleur social promoteur du projet.