Réunion d'information le 3 mai 2012

La première réunion d'information organisée par l'association Vivre à Brancion-Brassens s'est tenue le 3 mai 2012. Devant plus de 50 personnes, incluant la plupart des Présidentes et Présidents d'associations du quartier, nous avons présenté ce que nous connaissions du projet de restructuration du LCPC.

En deuxième partie, un débat très libre a permis à chacun de s'exprimer et d'exposer son point de vue.

En résumé :

  • L'avenir du quartier Brancion-Brassens est une grande préoccupation pour tous ceux qui participaient à cette réunion. Leur présence et leur implication dans des actions associatives ou caritatives en est l'évidente démonstration
  • Information et concertation nécessaire avec les riverains et les associations pour tout projet concernant le quartier une fois de plus ( et les Présidentes et Présidents d'association présents l'ont noté ), nous exigeons que tous les projets d'urbanisme à venir sur ce quartier soient présentés aux riverains dès la phase de conception. Il n'est pas acceptable que nous soyons systématiquement les derniers informés (et encore moins jamais consultés). Nous vivons ici, nous connaissons mieux que quiconque le quartier !
  • le problème des bandes de délinquants et de trafiquants doit être traité en priorité : la sécurité apparaît comme le souci majeur de l'assemblée. L'installation d'une antenne de Police de proximité et l'implantation des caméras de video-protection promises par la Préfecture de Police sont vivement attendus et souhaités. Paris Habitat doit mettre en oeuvre, de son côté, une politique responsable vis à vis de la situation dans cette zone, et envisager, par exemple, une vidéo-surveillance dans les parties non publiques de l'espace concerné. L'action des patrouilles de Police et les interventions du GPIS rétablissent le calme... mais seulement lorsqu'elles sont présentes
  • projet LCPC : saturation en logements sociaux Il y a déjà beaucoup de familles hébergées dans des logements sociaux dans ce quartier (94% de HLM sur la zone IRIS concernée par le projet). Pour l'ensemble de l'assemblée, installer des logements pour des étudiants ou mettre en oeuvre le projet « Maison de Raphaële » d’une association locale pour l’intégration des jeunes adultes autistes permettrait de proposer des alternatives intéressantes (et compatible avec les objectifs sociaux du projet)
  • projet LCPC : poursuivre la réhabilitation avant de construire de nouveaux logements la ville de Paris et Paris Habitat devraient entamer la réhabilitation de certains immeubles qui sont dans un état grave de délabrement (plomberie, installations électriques, sécurité, incendie, etc.), en particulier avenue de la Porte de Brancion. Consacrer maintenant le budget alloué pour le projet LCPC à cette réhabilitation, permettrait d'héberger les familles occupant ces groupes dans de meilleures conditions, et laisserait du temps pour finaliser le projet LCPC, et notamment le temps pour la concertation avec les riverains.
  • les commerces du quartier évoluent, les magasins "de bouche" disparaissent, outre les raisons commerciales qui font qu'un commerce perdure ou ferme, il semble que les loyers réclamés pour les locaux commerciaux soient beaucoup trop élevés. Il apparait nécessaire de contacter les services commerciaux de Paris Habitat pour les inciter à pratiquer des tarifs en adéquation avec le quartier, dont le niveau de ressource (avec 50% de HLM) est modeste
  • Quartier difficile aussi pour l'éducation une visite dans les écoles du quartier démontre que le niveau scolaire est bas, et que de nombreux enfants sont dans une situation difficile (le manque de mixité, l'analphabétisme d'une partie des parents sont invoqués comme raisons principales par les enseignants que nous avons rencontrés). Comment accueillir correctement de nouvelles familles dans ces conditions ?

    Nous tenons à remercier chaleureusement toutes les personnes qui ont permis que cette réunion ait eu lieu dans d'aussi bonnes conditions, et en particulier les soeurs de la communauté Saint Vincent de Paul pour la salle mise à disposition.